22/09/2016 - 17:58

Hackez vos recrutements

Quelle offensive des grandes entreprises face aux start-up pour (re)séduire les talents et les jeunes ?
istock_83358377_xxxlarge.jpg

Les grandes entreprises, multinationales et les institutions peinent de plus en plus à attirer les meilleures talents et ce, malgré la rémunération, les avantages et la notoriété de leur société.

Ces dernières commencent à réagir de manière offensive, pour preuve, les dernières vidéos de recrutement de GE qui tourne en dérision l’attractivité des start-ups.

ou encore #Saintgobain qui tente une incursion dans l’univers viral de la génération Y.

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène :

Image

L’attractivité digitale, culturelle et sociale des start-up et Gafa qui contribuent à accentuer le décalage de perception entre les entreprises du futur et celles du passé.

Il existe une prime à l’image pour ces nouveaux entrants qui — même si elle est disproportionnée — doit pousser les entreprises à agir sur leur stratégie de communication. Une étude récente de Universum pondère cependant ce constat puisque les grandes entreprises traditionnelles restent au top du classement des entreprises préférées des étudiants et salariés.

 

Liste pour etudiants ingénieurs

 

Liste pour étudiants en commerce

AirbusGoogleAppleMicrosoft France TalentsDanoneGEL'Oreal Careers

Digitalisation

La volonté d’intégrer de préférence une entreprise digital native qui challenge et reconfigure son secteur d’activité en sa faveur plutôt qu’une entreprise qui subisse le digital.

Communication

La communication corporate et marque employeur des grandes entreprises est souvent en décalage avec les centres d’intérêts et les points de contacts des cibles concernées :

  • communication institutionnelle trop déconnectée de la mission concrète et de l’offre de services de l’entreprise ou de l’institution sur son marché. Mais aussi difficulté à synthétiser le rôle de ces dernières dans la société en dehors du discours RSE et financier.
  • job boards trop conventionnels : contraintes techniques imposées par la présentation des annonces dans les job board qui font se ressembler toutes les propositions de postes entre elles (et font parfois ressembler l’ensemble à un site de petites annonces !)
  • communication en silo des différents points de contacts de recrutement (salons, chair, digital, job board…) sans prise en compte des parcours de recherche et de décision types des différents profils de candidats ciblés.
  • manque de suivi et stimulation des candidatures dans la durée : Les investissements se concentrent essentiellement en amont du recrutement et négligent encore le suivi et la relation avec les candidats.
     

Ici, une initiative pour la mise en place d’une programme de suivi et de coaching des candidats dans la durée pour l’Armée de Terre (CRM candidat) :

En résumé

Après la phase de réaction offensive, l’enjeu pour les grandes entreprises est de:

  • revisiter leur stratégie de communication et d’activation marque employeur en retravaillant sur la plateforme de discours de l’entreprise pour reconnecter sa mission sur le marché, son rôle dans la société et son offre de services avec les postes à pourvoir.
  • bâtir un écosystème digital de recrutement homogène et innovant qui permet d’intégrer les nouveaux parcours de recrutement des candidats cibles sur tous les supports
  • reventiler les investissement média RH pour une approche plus tactique et plus affinitaire avec les cibles visées.

 

 

 

Guillaume ROTROU DGA agence Insign