14/05/2020 - 14:27

COVID-19, de la crise de confiance à la prise de conscience

cover-tribune-claudine-pagon.png

La crise et le confinement ont propagé une idée : c’est le moment de rassembler et se mobiliser de façon coordonnée pour envisager une nouvelle façon de faire du business et engager concrètement nos entreprises dans la lutte contre le réchauffement climatique. 
L’économie semble prête à réussir sa transition vers “l’économie positive” qui favorise une croissance responsable socialement, juste et respectueuse de l’environnement. 
Comment changer nos vieilles habitudes pour basculer dans un nouveau monde ? Comment diminuer l'impact des menaces environnementales sur nos activités ? Quels changements adopter pour faire pivoter nos modèles vers l’économie positive ?

C’EST CONFIRMÉ, RISQUES CLIMATIQUES ET CRISES SANITAIRES SONT LIÉS

Avec cette crise du Covid-19, nous vivons à l’échelle planétaire les conséquences sanitaires du changement climatique. Nous ne sommes plus dans un “risque”, mais dans une menace bien réelle : 75% des maladies infectieuses viennent de la dégradation de la biodiversité !
L'impact sanitaire des changements de températures fait que les virus s'adaptent et que la fonte du Pergélisole relâcherait zoonoses et bactéries dans l'atmosphère. L’homme n’est qu’un élément d’un écosystème qu’il pensait maîtriser, voire dominer. Cette pandémie nous le rappelle de façon brutale et tragique. L’entreprise, elle aussi, doit intégrer son environnement comme une partie prenante d’une gestion durable.

CHANGER NOS REPÈRES : RACCOURCIR NOTRE ÉCHELLE TEMPS

Pourquoi le Coronavirus nous effraie-t-il plus que le changement climatique ? Les impacts du Covid-19 font partie de notre quotidien alors que les risques liés au changement climatique nous semblent très loin (objectifs climat fixés à 2030, 2050). C’est la notion de danger immédiat qui nous pousse à agir. 
En matière d’engagements, revenons à du court terme. Fixons-nous des jalons qui impliquent les gens d’aujourd’hui pour des objectifs d’aujourd’hui. Pensons aux générations actuelles pour préparer le futur des jeunes générations. Sans abandonner les lignes d’arrivée, il s’agit de se fixer des objectifs intermédiaires annuels. Exigeons des dirigeants des engagements climat sur leur mandat. Nous devons être comptables de nos engagements. 

NOUVEAU PARADIGME, ON OUBLIE NOS MODÈLES DES ANNÉES 60

Depuis le premier choc pétrolier, nous courrons derrière un modèle obsolète. Les ressources que nous pensions inépuisables se tarissent. La croissance infinie trouve ses limites. Nous sommes asphyxiés par les déchets de notre consommation. Acceptons de changer nos indicateurs pour mesurer notre prospérité, notre bien-être, notre santé, notre éducation, nos diversités, nous prendrons alors conscience que le changement climatique est un accélérateur et amplificateur d’inégalité. La croissance verte doit se penser avec un plan social et culturel pour devenir réalité et générer du positif pour tous. L’entreprise doit retrouver son sens d’origine : créer une prospérité partagée.

LAISSER L'ÉCONOMIE DE MARCHÉ POUR CHOISIR L'ÉCOLOGIE DE MARCHÉ

Le confinement a accéléré la prise la conscience des citoyens sur la nécessité vitale de l'écologie mais il peut aussi libérer des envies de liberté et d'hyper-consommation contradictoires suite à une période de frustration. De même la récession du modèle économique provoquée par le covid va-t-elle provoquer un repli social ou un rebond ? Une chose est sûre… il faut des politiques de transition écologique qui soient favorables à une relance de l’économie. Arrêtons d’opposer pour conjuguer. Pour transformer notre monde, investissons dans l’économie pour la réorienter de façon positive. C’est en relançant l’économie que nous dégagerons les moyens nécessaires à un vrai changement structurel. C’est en produisant des résultats que l’entreprise se dotera de leviers de transformation.

ENCOURAGER LES DIRIGEANTS À ENGAGER LEURS ENTREPRISES DANS LA TRANSITION

Le capital humain de l’entreprise est une richesse à exploiter. Sur le vaste sujet de la transition vers une économie positive, chaque collaborateur peut “faire sa part” et la richesse de métiers de l’entreprise ouvre une multiplicité d’opportunités pour agir.
C’est la  complémentarité des expertises et des individus qui permet de réussir les ambitions.
Les dirigeants auront la tâche facilitée s’ils ouvrent la voie et sont épaulés en ce sens. Ensemble nous pouvons stabiliser les fondamentaux et la trajectoire d’une démarche de transformation, sur mesure et incrémentale : 

  1. Stimuler la prise de conscience 
  2. Relier cette nouvelle donne aux opportunités offertes à l’entreprise  
  3. Stabiliser les fondamentaux et la trajectoire avant la transformation
  4. Co-construire la transformation 
  5. Se faire certifier et mesurer son impact  

 

Claudine PAGON, DIRECTRICE POSITIVE IMPACT

Voir le profil LinkedIn 

Clothilde MICHARD FALCHERO, CHARGÉE DE MISSION RSE

Voir le profil LinkedIn

Découvrez aussi le replay du webinar de Claudine Pagon et Audrey Pulvar : Business as unusual - Le management du Monde d’Après.