15/11/2018 - 14:43

Pourquoi revenir à l’humain
donne du sens au web ?

25 octobre 2018, 17h. Blend Web Mix prend fin après 2 jours de conférences qui ont fait cette année la part belle au design, témoignant de la place croissante qu’il exerce dans les métiers de la communication et du web.
insign_tribune_blendwebmix_980x642.png

Le trait marquant de cette édition est à mes yeux la quête omniprésente de sens : le sens de nos métiers, le sens que l’on donne à la technologie, le sens que prend l’avenir.

 

J’y vois là le signe (rassurant ?) d’une maturité de notre profession. Si nous avons désormais besoin de nous réunir c’est moins pour partager et échanger sur nos bonnes pratiques que pour aborder des questions fondamentales sur notre rôle et notre responsabilité. Comment les métiers du digital, en façonnant la technologie, impactent l’état du monde ?

 

En 2018, nous avons donc (enfin !) le droit, en tant que professionnels du web, de prendre du recul sur ce que nous faisons, questionner nos convictions et oser tout remettre en question. Et si c’est un droit, il semblerait aussi que ce soit désormais un devoir.

 

Car la diversité des thèmes abordés au cours de ces deux jours de conférences témoigne de ce que le web promet de meilleur comme de pire. Il a notamment été question de surveillance et de liberté1, de machines et d’humains, d’effondrement2 et de protection, d’erreurs3 et d’initiatives, d’identité4 et d’éthique, d’accélération et d’anthropocène5, d’émancipation6 et d’abus, de participation et de manipulation7, d’innovation et de transformation8. Combiner autant de divergences dans une même réalité a de quoi donner le vertige.

 

Pourtant, nous ne saurions réduire le web à une vision binaire avec d’un côté un web « vertueux », celui du collaboratif, du partage, de l’ouverture ; et d’un autre un web « pernicieux » fait de contrôle, de manipulation et de cupidité. N’oublions pas que le web est avant tout une activité humaine. En cela, il est forcément divers et multiple. Il a beau être pensé, défini, imaginé, il échappe de fait à ses concepteurs parce qu’il n’existe que par ce qu’en font, à chaque instant, des milliards d’individus. La technologie fait partie de notre manière quotidienne de vivre le monde. Elle est un mode d’expression voire d’extension de notre être, un « commun » qui appartient à tous et dont nous sommes tous responsables.

 

Revenir à l’idée élémentaire que le web est fait par des humains pour des humains, c’est donc tout simplement rappeler la nécessité de placer l’interaction humaine au cœur de la pratique de nos métiers9, comme moteur de la démarche de design. Aller sur le terrain et créer la rencontre avec ces personnes, qu’on ne saurait limiter au statut d’ « utilisateurs », qui tous les jours se servent de la technologie, se l’approprient, la vivent. Confronter leur vision, leurs « modèles mentaux »10, à nos concepts pour oser, pas à pas, donner vie à un web qui ait du sens pour tous, « designers » et « utilisateurs ».  

 

JUSTINE FOURNERET, UX RESEARCHER

Voir le profil LinkedIn de Justine

 

Quelques citations marquantes issues des conférences

« Are we people or are we property ? »
Aral BalkanPeerocracy, keynote d’ouverture

 

« La mission du design ça serait justement de ‘maintenir l’habitabilité du monde»
Geoffrey Dorne, Pour un design de l’indépendance

 

«‘Doing it wrong’ est ma façon de revendiquer mon côté foireux,
de me délecter de mes différences »

Jenny Beaumont, Doing it wrong

 

« We have to understand the value of identity »
Anna Goss, Identity has many form, let’s see what identity means for gov.uk 

 

5  « Il y a deux conceptions du futur qui s’opposent : celle de l’innovation et celle des climatologues »
Alexandre Monnin et Diego Landivar, L’avenir du numérique à l’ère de l’anthropocène

 

« Le numérique représente une opportunité d’émancipation pour les personnes handicapées »
Sylvie Duchateau, Améliorer la participation des personnes handicapées à la société (enfin !) grâce à l’accessibilité numérique

 

« Il y a des méthodes pour désenquêter, faire tout l’inverse d’une enquête »
Aude WTFake, Fake News Therapie

 

8  «Vous allez prendre peur quand vous verrez le prochain slide qui est tout droit issu de l’époque des dinosaures... le cycle en V ! »
Chiara Nocco et Cédric Bernard, Service design et transformation : les défis du dinosaure

 

9 Référence à la conférence que j’ai présentée
Comment jouer avec nos utilisateurs nous a permis de mieux les comprendre ?

 

10 « Les modèles mentaux sont la première interface sur le monde »
Jean-Christophe Paris, What’s in their minds ? Modèles mentaux et design d’interaction