07/09/2020 - 14:44

Une métropole verte, quel rôle pour les entreprises ?

Entreprises, c’est le moment de devenir acteur durable et positif de votre territoire !
Emeline Baume, 1ère Vice-présidente de la Métropole de Lyon.

Emeline Baume, 1ère Vice-présidente de la Métropole de Lyon - Économie, Emploi, Commerce, Numérique et Achat Public.

LES ATTENTES DE L’ÉLUE

#DIALOGUE #CONFIANCE #LIBERTE D’ENTREPRENDRE

Par rapport aux transformations que vous souhaitez pour la Métropole, quels engagements sociétaux et environnementaux attendez-vous des entreprises du territoire ?  

L'exécutif est en responsabilité et a un cap : la “résilience territoriale”.  On a la chance d'être sur un territoire très riche en nombre d’organisations économiques pour subvenir aux besoins des habitants : s'alimenter, se vêtir, se déplacer…

La question est : comment on s’organise dans la confiance et la coopération pour plus et mieux de souveraineté en mobilité décarbonée, production et stockage d'énergie, alimentation saine, air respirable... ? 

Nous avons la volonté de participer à la transformation et être extrêmement volontaires sur la transition écologique et la justice sociale, pour les articuler et permettre à tous de vivre sur le territoire. 

Cela implique qu’il y a des choses qui existaient sur lesquelles nous allons désinvestir au regard des limites de notre terre pour ne pas piller les ressources et les gens. 

On souhaite monter des coopérations avec les entreprises sur toute la chaîne de valeur, pour avoir toutes les briques sur le territoire.

Comment les entreprises peuvent-elles contribuer à cet objectif de résilience territoriale de la Métropole ? 

On est une collectivité et pour la liberté d’entreprendre. Si les entreprises sont responsables, le projet va rencontrer la politique. 

Nous souhaitons ouvrir le dialogue pour rechercher une coopération sur des sujets structurants : les achats, la maîtrise du foncier, le contrat de conversion bas carbone, des partenariats pour l’inclusivité…  L’exécutif exprime et invite tout le monde à être partie prenante de ces changements. Nous attendons l’engagement des organisations économiques dans un projet de territoire.

Grâce au partage de convergences de trajectoire ou divergences. Trouvons ensemble des solutions.

Quels sont les 3 mots-clés qui caractérisent la relation Métropole/Entreprises ?

Dialogue confiance et liberté d’entreprendre.

On a besoin de personnes qui ont envie d’agir et de mettre en oeuvre. L’urgence climatique doit être un enjeu primordial.

Notre objectif : Comment répondre aux besoins des habitants ?

Le reste est secondaire.

Au-delà des mots, c’est pour la Métropole la raison d’être des organisations économiques

LE POINT DE VUE DE L’INVESTISSEUR

#COOPERATION #ACTION #INNOVATION

Nicolas Rousset, Président d’Evolem.

Nicolas Rousset, Président d’Evolem.

EVOLEM est une structure d’investissement qui repose sur une vision stratégique à long terme, partagée avec le management et un accompagnement actif des entreprises. Depuis juillet 2013, EVOLEM est signataire des PRI (Principes pour l’Investissement Responsable), constituant une référence en matière de projets ESG (environnement, social, gouvernance) au sein des acteurs de l’investissement.

Quel est votre avis sur la contribution des entreprises à la transition écologique de la Métropole ?

Les enjeux climatiques sont tels, que tout le monde doit agir : citoyens, scientifiques, pouvoirs publics et entreprises. Pour la nouvelle majorité élue, il y a également l’enjeu de convaincre de sa légitimité à réussir l’exercice politique. Pour y arriver, les entreprises sont des alliées et c’est la coopération qui sera le levier. Citoyens, politiques, scientifiques et entreprises pourront agir efficacement en local.

Et quelle est la part de l’investisseur dans ce processus ?

En tant qu’investisseur nous avons un double rôle :

  • Flécher les moyens vers des entreprises vertueuses, engagées dans une démarche responsable et les rendre encore plus durables.
  • Être attentifs à la responsabilité des entreprises dans lesquelles nous avons investi et bâtir ensemble des plans de progrès

L’outil investissement est un levier fort de la transition sociale et écologique et nous devons agir en catalyseur.

Alors pas d’opposition entre écologie et économie ? 

L’intérêt général et le non lucratif sont utiles pour la prise conscience et l’engagement citoyen, mais ils doivent être conjugués avec l’économique et le politique pour accélérer et pérenniser la transformation.

L’économie c’est l’administration de la « maison commune », elle est en surchauffe, il est donc urgent d’innover et de repenser les modèles de nos entreprises.

Nous sommes à la croisée des chemins.