08/06/2018 - 17:46

Apple Worldwide Developer Conference 2018, une conférence soft & aware

apple_tribune.png

La WWDC, rendez-vous annuel à destination des développeurs, est un événement toujours très attendu car elle permet d’identifier la stratégie d’Apple sur l’année à venir et de voir se dessiner les grandes tendances de l'économie digitale.

Elle est aussi l’occasion pour les équipes d’Insign de découvrir les outils qui permettront d’enrichir l’expérience des services mobiles de nos marques.

Sans grandes surprises, cette année Apple a mis de côté les annonces hardware pour se concentrer sur son écosystème logiciel, avec pour objectif de rassurer ses utilisateurs dans un contexte où la protection des données et le "digital health" sont au centre des préoccupations, tout en renforçant son positionnement sur la réalité augmentée, les interfaces conversationnelles et l’intelligence artificielle.

Make iOS fast again

Après les déconvenues ayant suivi la sortie d’iOS 11 (ralentissements, autonomie limitée, écrans noirs, crashs, …), la firme de Cupertino se devait de rectifier le tir. Annoncée comme une release de transition axée sur la stabilité, iOS 12 met l’accent sur les performances.

Egratigné sur l’obsolescence programmée et sur des problématiques de fiabilité l’année dernière, le nouvel iOS sera cette fois-ci disponible sur les mêmes modèles d’iPhone et iPad que son prédécesseur, tout en offrant une expérience de meilleure qualité sur l’ensemble du parc compatible, en particulier sur les plus anciens périphériques.

Apple comme à l’accoutumée n’hésite pas à mettre quelques chiffres en avant, annonçant des applications se lançant 40% plus vite, un clavier affiché en deux fois moins de temps, un appareil photo s’ouvrant 70% plus rapidement et des animations plus “smooth”. Les premiers tests réalisés sur la beta d’iOS 12 par notre équipe de développeurs mobile corroborent ces annonces.

visuel_1.png

Cette entrée en matière a donné le ton d’une conférence durant laquelle le constructeur à la pomme a affiché la volonté de vouloir recréer du lien et de la confiance avec ses utilisateurs.

Au royaume d’Apple l’utilisateur est roi

Face à des concurrents (Google, Amazon, Facebook) toujours plus offensifs, Apple continue de jouer sa carte maîtresse pour conserver ses parts de marché, celle d’un écosystème sécurisé où le client, sa vie privée et sa santé digitale sont au coeur des préoccupations.

Avec Tim Cook comme ambassadeur, déclarant lui même passer trop de temps sur son iPhone, l’objectif est de se positionner du côté des utilisateurs et de se démarquer des autres mastodontes de l’économie numérique fortement ballotés sur ces sujets au cours des derniers mois.

Le constructeur à la pomme n’est cependant pas le premier à s’engager sur ce terrain et emboîte le pas de Google ayant présenté diverses fonctionnalités dans son nouveau système d'exploitation Android P, permettant d'améliorer notre bien être numérique lors de la google.io.

Le nouvel OS d’Apple se met donc au diapason, en présentant une application dédiée à la gestion du temps passé dans les applications, la capacité de limiter les interruptions avec un meilleur contrôle des notifications tout en offrant notamment la possibilité de les désactiver instantanément, de les envoyer directement dans le centre de notification sans passer par l’écran de verrouillage du téléphone, ou de les grouper.

visuel_2.png

La firme de Cupertino cible, de surcroît, directement Facebook en ajoutant la fonctionnalité Intelligent Tracking Prevention à Safari sur iOS 12 et mac OS Mojave permettant de détecter, signaler et bloquer le traçage effectué par les médias sociaux.

Partager sa réalité augmentée

visuel_3.png

Tim Cook croit toujours aussi fort à la réalité augmentée et de nombreuses annonces sont venues le confirmer au cours de la keynote. Tout d’abord avec la présentation d'un nouveau format, l’USDZ (Universal Scene Description) créé en collaboration avec Pixar pour faciliter le partage de fichiers de réalité augmentée. Se démarquant ainsi du format glTF, Apple reste inflexible sur sa volonté de conserver la main sur son écosystème technologique.

Grâce au format USDZ et à AR Quick Look, on peut donc désormais partager, visualiser et interagir avec des objets en réalité augmenté dans Safari, Mail ou Message et l’intégration de l’AR dans les applications mobiles est ainsi facilité.

Une attention particulière a été portée sur les améliorations d'ARKit 2, qui offre dorénavant la possibilité pour les utilisateurs de partager et interagir à plusieurs en temps réel avec des objets dans un même univers de réalité augmentée. ARKit se voit de plus doté d’une reconnaissance faciale améliorée et de la capacité à détecter des objets 3D réel afin notamment de les remplacer par des objets virtuels.

Dans un soucis de démocratisation, Apple a également présenté l’application Mesure permettant de détecter la taille de n’importe quel objet en trois dimension à partir de la caméra.

Apple utilise en outre la réalité augmentée pour aller marcher sur les plates bandes de Snapchat, en proposant des emojis personnalisables, les Memojis que l’on pourra retrouver dans Message et FaceTime dans lequel il est dorénavant permis de réaliser des appels groupés à 32, cela ouvre aussi de nouvelles perspectives de personnalisation pour les applications tierces.

Une IA plus smart

Alors qu’Amazon a fait son apparition sur le marché français des interfaces conversationnelles le 6 juin, sur lequel le Google Home était jusqu’alors la seule force en présence depuis un an, Apple cherche à rattraper son retard.

Malmené aux États Unis, le HomePod était jusqu’alors plombé par un Siri couvrant un spectre de services et de connaissances moins important que ses concurrents Alexa et Google Assistant.

Apple a donc réagi en boostant son intelligence artificielle et en proposant de nouveaux usages avec la fonctionnalité Siri Shortcuts fortement inspirée des « routines »  d’Amazon et Google. Cette dernière permet de programmer et lancer plusieurs actions sur une simple intention vocal. Il est donc désormais facile grâce à quelques mots tels que « je rentre à la maison » de connaitre son temps de trajet, prévenir sa famille et régler son thermostat.

Il est en outre possible d’associer une intention à une application tierce avec un bouton « Ajouter à Siri » permettant ainsi d’étendre le champ d’application de Siri jusqu’alors limité à des actions très spécifiques. On peut par exemple associer le détail d’un billet de train à une phrase pour pouvoir l’afficher plus facilement à l’arrivée en gare. C'est une petite révolution qui devrait relancer l’intérêt des consommateurs pour Siri et pour le HomePod.

visuel_4.png

Siri infuse également de manière plus intelligente au sein de l’iPhone en proposant des actions de manière proactive en fonction du contexte et des habitudes des utilisateurs. En cas de retard à une réunion Siri pourra le détecter et vous proposer d’envoyer un message sms à vos collaborateurs. L’application Photos bénéficie également d’amélioration avec la suggestion de partage aux personnes identifiées sur les photos. La démonstration qu’Apple souhaite mettre le machine learning au coeur des usages.

Dans cette perspective, afin d’optimiser son intégration au sein des applications mobile, coreML 2 sera 30% plus rapide et permettra de réduire la taille des modèles de d'apprentissage embarqués dans les smartphones de 75%. Enfin un nouvel outil, createML, facilite la création et l'entraînement de modèles customs, avec un temps d’apprentissage drastiquement réduit.

La convergence des OS

Une rumeur revenait avec insistance avant la Keynote. Apple allait-il annoncer un système d'exploitation commun à ses différents périphériques hardware ? La réponse est non.

Mais la firme de Cupertino a quand même souhaitée créer de la convergence, et va fournir au développeur des outils pour porter les applications iOS sur macOS. Ceux-ci ne seront disponibles qu’en 2019, mais ont déjà été utilisés par Apple pour porter certaines applications iOS sur son nouveau système d’exploitation Mojave.

Enfin on notera que WatchOS 5 permettra dorénavant d’afficher du contenu web dans les applications Watch.

 

One more thing …

Cette WWDC 2018 aura été une session de rattrapage pour Apple qui répond aux attentes des utilisateurs et se met au niveau de ses concurrents en n’hésitant pas à s’inspirer directement de leurs idées. Il faudra maintenant patienter jusqu’en septembre avant de pouvoir enrichir les applications sur le store avec toutes ces nouveautés et voir si les rumeurs sur le hardware (iPhone SE 2, iPhone X medium, iPhone X plus, nouvel iPad Pro, ...) se vérifient !

 

AURÉLIEN FERRY

CHEF DE PROJET TECHNIQUE

Voir le profil LinkedIn d’Aurélien