11/04/2019 - 18:26

Les questions que pose genderlessvoice.com

voice.jpg

Genderlessvoice.com est un site qui présente une voix dénuée de genre. L’expérience a vocation à sensibiliser le public et les entreprises à l’égard de l’usage du genre pour les services vocaux. Voici ce qu’il est possible de lire et surtout d’entendre sur le site genderlessvoice.com :

« Q est la première voix non sexiste, créée pour mettre fin aux préjugés sexistes chez les assistants d’IA. Les entreprises technologiques choisissent souvent d’adopter une approche sexospécifique en pensant que les gens seront plus à même de l’adopter.

Malheureusement, cela renforce une perception binaire du genre et perpétue les stéréotypes pour lesquels beaucoup se sont battus. Alors que la société continue de briser le binaire entre les sexes, en reconnaissant ceux qui ne s'identifient pas comme des hommes ou des femmes, la technologie que nous créons devrait suivre (…) ».

Cette voix sans genre n’est pas un discours, c’est un acte.

Genderlessvoice est un acte symbolique. Nous entendons cette voix précise pour une raison précise : il s’agit d’un appel au respect, une lettre ouverte portée par une voix qui représente une communauté et des valeurs dans une société qui évolue. Cette prise de position parle immédiatement à la tête et au cœur. L’expérience émotionnelle proposée par Q est double : elle fait accepter l’absence de genre et propose une expérience vocale troublante. Et cela fonctionne, c’est bien « une voix » que l’on entend sans qu’un genre soit imposé à l’écoute.

Dans le monde devenu digital, les marques cherchent à se rendre plus humaines, plus authentiques et proches de leurs consommateurs. Elles veulent parler comme des individus, notamment avec le développement des interfaces vocales pour les assistants vocaux, les services téléphoniques et les objets communicants. C’est tout l’enjeu de la définition d’une voix de marque : il s’agit d’un acte qui se doit d’être fort, qui demande de définir en amont des parti-pris assumés pour créer une expérience émotionnelle singulièrement utile et mémorable.

Genderlessvoice propose aux marques la question du choix à faire et à assumer à l’égard du genre de leur(s) voix. Une marque peut « techniquement » utiliser une voix de marque masculine et/ou féminine et/ou androgyne. Le choix de la marque parmi ces propositions de voix, ne sont pas sans conséquences. Est-ce que proposer une seule voix, non genrée, constitue un renoncement au genre de sa marque ou une prise de position dans le débat sur le genre ?

Le genre, un marqueur grammatical difficile à contourner pour la voix.

Sociologiquement, le genre demeure encore un marqueur fort de l’identité des individus. Dans la langue française notamment, il détermine toute la construction de l’échange verbal, puisqu’il existe un marqueur grammatical du genre qui concerne les adjectifs (petit/petite) et les pronoms (il/elle) bien que des pronoms non genrés aient fait leur apparition (« iel »).

Face à cette spécificité française, commune à d’autres langues telles que l’Italien, l’Espagnol, etc., l’utilisation d’une voix neutre, parfaitement androgyne pourra être efficace pour donner des informations factuelles en évitant les digressions inconscientes de séduction et en évitant également les implications d’affect. Mais logiquement, le choix d’une voix non genrée amènerait la marque à utiliser le style inclusif et cette voix ne pourrait pas être « un service », ni « une assistante » et elle ne saurait pas dire « je suis content.e pour vous ».

Notre société fonctionne avec des stéréotypes de genres. On peut être en désaccord avec ce principe et même lutter contre ces stéréotypes, mais c’est un fait, le genre d’une voix provoque une réaction cognitive différente1 selon le genre de l’auditeur et du locuteur. Dans l’immense majorité des cas, le genre biologique du locuteur est immédiatement (quelques millisecondes) et très efficacement identifié à l’écoute de sa voix. Pour le grand soulagement de certains, parce qu’une erreur de genre est source d’un embarras lors d’une interaction téléphonique pour les deux parties : pour celui qui est mal identifié, comme pour celui qui s’est trompé. Mais l’interprétation peut être différente pour d’autres personnes, militantes de l’inclusion.

Une marque doit-elle renoncer à choisir avec quelle voix se distinguer ?

Dans ce contexte, la marque peut renoncer à choisir un genre. Pour cela, deux possibilités s’offrent à elle :

1/ Une marque peut proposer deux voix genrées et une troisième non genrée. Elle laisse alors le choix à l’utilisateur et renonce à faire un choix de genre. C’est ce que certaines marques comme Waze ou Apple par exemple2, ont déjà mis en place.

2 / La voix mixée devient une nouvelle option. Q présente le mélange de 5 voix et pose la question suivante : Et si la voix de deux collaborateurs ou plus, H/F, étaient mixés à l’équilibre pour laisser l’utilisateur déterminer le genre qu’il veut entendre ?

La voix de marque est une expérience à trois dimensions dans laquelle la voix et le choix de son genre ne sont plus des choix triviaux. En parallèle, les contenus demeurent primordiaux bien sûr mais aussi la prosodie qui, appliquée à cette voix, permet d’accentuer l’efficacité des messages. Cela permet de donner un relief à une voix, que le client pourra attribuer lui-même à un genre ou non, mais dans tous les cas à une marque !

 

JORIS VIGOUROUX, CONCEPTEUR VOCAL

Voir profil LinkedIn de Joris

 

JOANA REVIS, ENSEIGNANT CHERCHEUR, AIX MARSEILLE UNIVERSITÉ3

Voir le profil LinkedIn de Joanna

 

LUC VEUILLET, CHIEF INNOVATION OFFICER

Voir le profil LinkedIn de Luc

Voir le profil Twitter de luc

 

1 « La voix et soi - ce que notre voix dit de nous », Joana Révis, ISBN: 978-2-35327-231-0