05/01/2018 - 14:22

RÉSOLUTION 2017 À VENDRE !

Comment ce qui n’a pas marché peut changer le monde.

Nos bonnes résolutions seraient-elles restées lettre morte ? Ou n’étaient-elles pas les bonnes ? À moins que nous ayons oublié que pour faire autrement, il fallait d’abord arrêter de faire ce qui ne crée pas de valeur & nous détourne de l’essentiel !

 

Souhaitons-nous, en 2018, d’arrêter de faire ce que nous faisons, parce que nous le faisons comme ça depuis longtemps, qu’on ne peut pas faire autrement que de le faire, parce que nos clients ne comprendraient pas, parce que l’interne ne le comprendrait pas, parce que nos partenaires… Quand je dis nous, c’est nous l’agence, et vous le client. Nous avons toujours de nombreuses raisons de continuer de faire la même chose et d’essayer d’en faire quelques-unes de nouvelles. Mais les ressources sont désormais limitées et le temps est compté… En 2018, souhaitons-nous de mettre nos efforts sur les sujets qui peuvent créer de la valeur le plus vite possible, et non de manière marginale ? Les agences, produisent trop de choses qui ne servent à rien, ou dont l’efficacité est plus que limitée. Demandez-nous plus, d’être des « game changer » ! Évaluez-nous sur notre capacité à faire changer les choses.

 

En 2018, on arrête de croire aux Millenials. C’est comme le Père Noël, ça n’existe pas. Il n’y a aucune réalité ni sociologique, ni d’usage, ni d’expérience, ni communautaire. Il y aurait donc quelque chose de commun entre un jeune de 17 ans et une personne de 37 ans ? C’est une construction de l’ancien monde, le sursaut d’une segmentation héritée de l’ancien monde. Un monde où pour capter les publics, il fallait faire de la couverture et de la répétition. Le GRP1 a vécu. Les agences médias le disent. Pourtant, le GRP est toujours le sacro-saint indicateur auquel on se raccroche. La recherche d’un (trop) grand dénominateur commun est une hérésie. La réalité d’aujourd’hui c’est « more of the less ». Le monde d’aujourd’hui requière d’être beaucoup plus précis et travailleur, de faire de la dentelle, de construire des sous-segments cohérents en fonction de critères spécifiques, hérités de l’observation du terrain, des usages, des data et d’évaluer ceux qui vont nous permettre d’avoir le maximum d’efficacité, en un minimum de temps avec le moins d’effort possible. Ça ne sert à rien d’essayer de convaincre une population qui ne veut pas nous écouter ou qui n’achètera pas notre produit. Les start-up et les Tech Companies réussissent parce qu’elles n’ont pas les moyens de gaspiller ! Elles n’ont que des bras et des cerveaux comme seules ressources. Ça oblige à être beaucoup plus créatif. Demandez-nous de commencer toutes nos réflexions comme si nous n’avions pas d’argent, pas de temps et l’ambition de faire beaucoup de croissance très vite. Nous irons beaucoup plus loin que nous ne l’imaginons. 

 

En 2018, arrêtons d’avoir peur de l’échec. Créons, innovons, testons, accélérons quand ça marche, arrêtons vite quand ça ne marche pas. Fail fast! Parce que c’est toujours mieux de savoir vite qu’on s’est trompé que de s’en rendre compte en ayant investi énormément et souvent trop, pour trop peu de résultat. Pas besoin d’avoir tout ficelé pour savoir si une idée va marcher. Les belles histoires ne sont jamais linéaires, sauf dans les livres et les business cases. Apple s’est trompé. Le modèle de Google n’était pas du tout celui qu’il était à ses débuts. Les belles histoires se réécrivent toujours a posteriori. Aujourd’hui, il faut savoir P-I-V-O-T-E-R. Plus qu’un buzz word, cela traduit une idée simple. Dans notre monde Volatile, Incertain, Complexe et Ambigu, le fameux contexte VUCA (Volatility, Uncertainity, Complexity and Ambiguity), il faut avancer et apprendre en marchant. Il faut surtout savoir rectifier, réorienter, changer, arrêter, accélérer. Les agences doivent apprendre l’humilité, faire leur mue et se désinhiber vis-à-vis des tests, de l’efficacité réelles de leurs idées. Agence nous avons deux clients, vous et vos clients. C’est ce qui doit nous guider. Demandez-nous, de pivoter, de tester, d’apprendre, ensemble pour mieux servir vos objectifs de croissance.

 

En 2018, prenons nos responsabilités. Nous sommes collectivement impliqués dans la construction du monde demain. Nous entreprises, acteurs du marketing et de la communication, nous clients donneurs d’ordres, nous entreprises de technologies. Le rejet de la publicité en ligne, la montée des ad blocker, qui vont bouleverser nos métiers, sont dus aux excès collectifs d’un matraquage publicitaire mal maîtrisé. Qu’il s’agisse de l’usage des données, des niveaux de pression publicitaire, des stéréotypes sociaux, quels qu’ils soient, que nous construisons, des représentations datées que nous reproduisons, et demain de l’utilisation de l’intelligence artificielle. Ne soyons pas des petits enfants qui jouent avec une bombe pour reprendre l’expression de Professeur Nick BOSTRUM à propos de l’usage de l’lA. Le monde évolue très vite, la technologie à une vitesse vertigineuse. Notre responsabilité est de nous assurer que nous ne sommes pas en train de construire un monde dans lequel nous ne voudrions pas que nos enfants vivent. Notre responsabilité est d’être centré sur l’humanité et pas seulement sur les individus. Je vous invite à signer la lettre de Copenhague si vous souhaitez engager votre responsabilité à un usage et un développement humaniste de la technologie.

 

Ce sont ces 4 principes qui définissent notre approche, notre philosophie - le Business Hacking® - et notre envie de faire avancer le vôtre.

 

Bonne année 2018.

 

Lionel Cuny

 

Voir le profil LinkedIn de Lionel

 

Gross Rating Point